Voyage en Afrique pour déguster les plats de la Côte d’Ivoire

Si vous partez en Côte d’Ivoire lors de votre voyage en Afrique, ne manquez pas de faire un saut dans le monde culinaire ivoirien. Sachez que le pays propose une cuisine gourmande, très variée, pour tous les goûts et saveurs. En terme de quantité consommée par tête, les portions de nourriture sont parfois énormes. En effet, vous mangerez à votre faim là-bas. Dans cet article, vous découvrirez deux spécialités culinaires issues de la gastronomie ivoirienne.

Le garba, une spécialité dontles Ivoiriens raffolent

Le garba est composé principalement de morceaux de thon ravil grillés à l’huile de friture et de l’attiéké (semoule de manioc fermentée produite en Côte d’Ivoire). Pour le visuel et pour apporter de la fraîcheur au plat, on dispose du piment vert haché, des oignons finement ciselés et des tomates en dés par-dessus. Les Ivoiriens utilisent habituellement un piment assez relevé qui est le piment vert antillais. Mais il peut être aussi accompagné d’œufs durs, d’une sauce ketchup et de la mayonnaise. Pour couronner le tout, ils saupoudrent le plat avec un cube de bouillon (essentiellement le cube Maggi) et l’arrosent avec un peu d’huile chaude. Le garba est prêt !

Sachez que la queue du poisson est la plus prisée des locaux. La plupart des personnes en voyage en Afrique cherchent aussi à découvrir ce plat lorsqu’ils visitent le pays. Il est peu coûteux (moins d’un euro) et vendu en quantité dans de petites échoppes en bordure de rue (garbadromes) dans la capitale ivoirienne et dans le reste du pays. En passant près des vendeurs, vous ne pourrez pas résister à l’odeur.

Le garba se mange à n’importe quelle heure de la journée. Dans ces points de vente de garba, c’est à vous de choisir si vous voulez un plat à emporter dans une feuille de palme ou un plat sur assiette pour manger sur place.

Le kedjenou de poulet, un plat typique de la Côte d’Ivoire

Le kedjenou de poulet est une recette des Baoulés, un peuple de Côte d’Ivoire. Cette spécialité culinaire est rapide et facile à réaliser, pourtant très délicieuse.

Il se compose de gros morceaux de poulet cuits traditionnellement à l’étouffée, avec des légumes frais découpés en gros quartiers (tomates et aubergines épluchées) et quelques gouttes de vin de palme. Les Baoulés utilisent pour la cuisson un canari (grande marmite en terre cuite) posé sur un feu de bois pour que toutes les saveurs restent bien unies et concentrées.

À part cela, il y a aussi quelques ingrédients ajoutés en cours de cuisson comme la mixture d’ail, d’oignons verts, de gros oignons et de persil, les feuilles de laurier, le gingembre, le poivre, le thym, les épices pour cuisine tex-mex, le cube Maggi et l’huile d’arachide. Pour parfumer le plat, les Ivoiriens disposent hermétiquement des feuilles d’attiéké sur l’ouverture de la marmite.

Pour informations, le mot kedjenou signifie « secouer dedans ». Cela veut dire que pour éviter que la sauce ne brûle ou colle au fond de la marmite, il faut secouer cette dernière. En parlant de l’attiéké, le kedjenou de poulet s’accompagne de ce mets traditionnel à base de manioc.

No votes yet.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *