Le street art, un art mondialisé

Les gens ont laissé leur marque créative sur les murs pendant des milliers d’années . Les plus anciennes peintures rupestres connues datent de plus de 40 000 ans. Aujourd’hui, ces gravures primitives sont devenues le phénomène mondial du street art.

Ornant les espaces urbains du monde entier, cette forme d’art est souvent extrêmement liée à la culture et à l’histoire d’un lieu et offre un moyen révélateur d’explorer une destination qui doit être accompagnée par des spécialistes d’art comme l’indique Pascal Robaglia. Voici cinq villes où vous pourrez voir certains des meilleurs chefs-d’œuvre.

Londres, Royaume-Uni

De la fin des années 90 au milieu des années 2000, Londres a joué un rôle central dans la croissance explosive de la scène du street art. Cette tendance a atteint son sommet en 2008, lorsque la Tate Modern a organisé une exposition de street art inédite sur les rives de la Tamise.

Melbourne, Australie

Melbourne est sans doute la capitale culturelle de l’Australie. Elle est régulièrement citée parmi les villes les plus vivables au monde. L’une des raisons de sa distinction peut être attribuée à ses rues. Grâce à la vision de ses fondateurs, le centre-ville possède une combinaison unique de larges avenues et de ruelles pavées de caractère. C’est ce qui en fait une véritable découverte. C’est une métropole sûre, propre et dynamique qui regorge de résidents qui aiment se rencontrer, manger, boire et créer. Bien que les graffitis soient toujours techniquement illégaux dans la ville, les réactions publiques et privées à l’art urbain sont généralement positives.

Los Angeles, États-Unis

Célèbre pour son style graffiti calligraphique « cholo », issu du graffiti de gangs latinos. La scène street art de Los Angeles s’est développée de manière sensiblement différente de celle d’Amérique du Nord, aidée par le fait que les artistes prenaient parfois des jours pour peindre une pièce. Los Angeles a une attitude typiquement décontractée face au croisement entre le graffiti traditionnel et le street art.
Berlin, Allemagne

Berlin est un centre problématique du street art. Elle a été au premier plan lors du premier boom de l’art de rue. Et elle est devenu un lieu de pèlerinage essentiel pour les artistes en visite. Berlin est maintenant connu ironiquement comme « la ville la plus bombardée du monde ». Cette fois-ci, le bombardement se fait avec de la peinture en aérosol, des collages et des autocollants, ainsi que des médiums alternatifs comme Lego.

New York, États-Unis

En tant que berceau du graffiti moderne, il n’est pas surprenant que New York et ses artistes aient joué un rôle de premier plan dans la croissance mondiale du street art. Malgré l’apparition de plus en plus fréquente de peintures murales commandées, la scène new-yorkaise conserve un caractère brutal. Chaque zone possède sa propre ambiance distincte, même si elle n’est parfois séparée que de quelques blocs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *