La révolution de la protection féminine!

La protection féminine ne date pas d’hier, puisqu’il faut remonter en 1888 pour retrouver une trace de la 1ere serviette jetable. Enfin nous sommes loin des standards actuels puisqu’il s’agissait un simple bout de tissu fixé avec une épingle à nourrice. Ensuite il fallu attendre l’année 1934 pour avoir l’invention du 1er tampon jetable par la société Tampax. Par contre attention les dimensions comment dire laisse perplexe : 5 cm de large pour 15 cm de long! Bonjour le confort! Ensuite ca évolue mais force est de constater que celle-ci est très lente. Pendant des années voir des décennies sans innovation, le secteur de la protection féminine se renouvèle enfin avec la culotte menstruelle, la serviette hygiénique bio lavable!

Les doutes sur les protections intimes « classiques »

L’un des facteurs de cette révolution est le doute généralisé sur les protections « classiques ». Tout à fait, ces produits féminins sont soupçonnées de contenir des substances chimiques ou d’être responsables de maladies. Dans le viseur, les protections internes c’est à dire celle destinées à être insérées dans le vagin pour absorber les flux menstruels : les fameux « tampax ». Avec l’essor des réseaux sociaux, elles ont été accusées dernièrement de beaucoup de problème et de maux. En effet, elles pourraient provoquer un choc toxique. Même s’il est avéré qu’un choc toxique est liée souvent à une mauvaise utilisation, le scandale du tampon Rely en fibre synthétique est encore mémoire. Ce produit est responsable d’une centaine de mort dans les années 1980.
Les protections externes n’ont pas ce problème. D’où le développement des protections externes comme les culottes menstruelles, celle-ci se porte comme une culotte ordinaire et remplace les serviettes jetables et les tampons. De nombreux fabricants se sont lancés dans la culotte lavable et réutilisable.

Un meilleur respect de la planète

La nouvelle génération est aussi plus attentive au respect de l’environnement. Et la protection féminine est une véritable usine à déchets. Pour se faire une idée sachez qu’en moyenne au cours de sa vie femme utilise entre 10 000 et 15 000 produits menstruels. Ca représente pour l’ensemble de la planète plus de 45 milliards de déchets par an. Par un geste simple, les femmes peuvent agir efficacement sur l’impact écologique. Beaucoup de fabricants d’ailleurs produisent des produits dans des matières certifiées Oeko-tex®, ou carrément 100% biologiques, 100% biodégradables et certifiés GOTS comme fava.

Les avantages de ces nouvelles protections

Le gros avantage est surtout financier. L’utilisation de produits réutilisables comme la culotte menstruelle est une économie non négligeable. Certes l’achat de ces protections est plus cher à l’achat mais les économies sont réelles dans la durée. Pour vous en rendre compte, des calculatrices d’économies liées à l’utilisation de produits réutilisables existent sur le web. L’un des tabous est l’évocation du cout de la protection surtout pour les plus précaires. Enfin le thème de la précarité féminine est évoquée. Pour les jeunes étudiantes ou même les femmes plus âgées en situation de précarité, cette dépense vient miner le pouvoir d’achat. Et difficile de réduire ce budget. Donc ces produits ont un impact positif sur le budget des françaises

No votes yet.
Please wait...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.